Le plus grand de tous les prophètes

 

 

  Le plus grand de tous

         les prophètes

               ou

     Jésus parle de Jean

     Matthieu 11 : 11

      (Troisième partie)

 

Introduction :

 

La rencontre de Jésus de Nazareth avec Jean le Baptiste a été d’une intensité que l’on mésestime souvent. Avant de commencer son ministère, le Seigneur a été conforté par les effets de la force du message divin de Jean le Baptiste. « Tout le pays de Judée et tous les habitants de Jérusalem se rendaient auprès de lui ; ils se faisaient baptiser par lui dans le Jourdain en confessant leurs péchés » Marc 1 : 5, version TOB. Matthieu rajoute tout le pays des environs du Jourdain venait aussi pour se faire baptiser par Jean (cf. Matthieu 3 : 5-6). Le Seigneur n’a pas fait un aller-retour de la Galilée au Jourdain, il est certainement resté plusieurs heures, voire quelques jours avec Jean. Ce qui nous le laisse penser est en lien avec le recrutement des disciples de Jésus. Au moins d’eux d’entre eux étaient présents à ce rassemblement : André, le frère de Pierre, et Jean (qui ne se mentionne pas, cf. Jean 1 : 35). D’ailleurs, d’après l’évangile de Jean, Jésus après avoir fait un bref séjour en Galilée est revenu sur les rives du Jourdain. « Après cela, Jésus se rendit avec ses disciples dans le pays de Judée ; il y séjourna avec eux et il baptisait. Jean, de son côté, baptisait à Aïnôn, non loin de Salim, où les eaux sont abondantes. Les gens venaient et se faisaient baptiser. Jean, en effet, n'avait pas encore été jeté en prison » Jean. 3 : 22-24, version TOB. Il faut bien comprendre qu’il y a eu transfert de popularité entre les disciples de Jean et ceux de Jésus. Jésus a connu très vite du succès, grâce au fait que Jean a redirigé tous les repentis qui venaient à lui, vers celui qui avait reçu l’onction divine au baptême. Peut-être est-ce là qu’est née une rivalité entre les disciples de Jean et ceux de Jésus, car l’influence du Christ supplanta rapidement celle de Jean. L’apôtre nous dit que les pharisiens avaient acté le fait qu’il (Jésus) faisait plus de disciples que Jean (cf. Jean 4 : 1). Même si Jésus avait laissé le soin à ses disciples de baptiser (cf. Jean 4 : 2), on peut souligner le fait que le ministère du Christ prend racine sur celui de Jean.

 

Développement :

 

Pourquoi le Seigneur a déclaré Jean : le plus grand de tous les prophètes ?

 

 1) Nous avons là, assurément, un premier élément de réponse (ci-dessus) à notre question du début de notre enquête sur le baptême de Jésus par Jean.

Non seulement Jésus a associé Jean à l’œuvre de salut qu’il allait entreprendre, mais plus encore, il va la poursuivre pendant un temps, au même endroit, sur les rives du Jourdain. Disons-le sans détour, vivant ou mort, Jean est toujours resté présent dans la pensée et l’action du Christ.

 

  2) Ainsi après avoir donné ses instructions aux douze disciples qu’il avait choisis, le Seigneur

 

fit l’éloge de Jean le Baptiste en ces mots :

 

« En vérité, je vous le déclare, parmi ceux qui sont nés d'une femme, il ne s'en est pas levé de plus grand que Jean le Baptiste ; et cependant le plus petit dans le Royaume des cieux est plus grand que lui. Depuis les jours de Jean le Baptiste jusqu'à présent, le Royaume des cieux est assailli avec violence ; ce sont des violents qui l'arrachent. Tous les prophètes en effet, ainsi que la Loi, ont prophétisé jusqu'à Jean. C'est lui, si vous voulez bien comprendre, l'Elie qui doit revenir. Celui qui a des oreilles, qu'il entende !

Matthieu 11 : 11-15 ? version TOB.

 

  3) Cet éloge est en lien avec la grande considération que Jésus a eue pour Jean. On peut même avancer le mot d’admiration pour celui qui s’est donné tout entier à sa mission périlleuse. Elle ne pouvait qu’être de courte durée, au vu de la force de déflagration spirituelle qu’elle a libérée contre le spirituellement correct de l’institution officielle de Jérusalem. Les conséquences seront les mêmes pour le Christ en regard de son message révolutionnaire.

 

 4) Le ministère de Jean annonce que la prédication de Jésus sera encore plus forte que la sienne (cf. Luc 3 : 15). Jean est le plus grand comme Jésus est le plus fort.  Mais son message aura les mêmes conséquences. Cela ne pouvait que mal se terminer, face à l’hostilité inflexible des personnalités spirituelles de Jérusalem. Jean, éclairé par le Saint-Esprit, a perçu   que le Christ (l’oint) allait délivrer un message plus puissant que le sien. Cette vision prophétique annonce un bouleversement sans précédent, même si Jean le Baptiste n’en percevait pas tous ses aspects novateurs.

 

 5) Jean a été le plus grand parmi ceux qui sont nés de femme, parce qu’il a précisé la nature de l’action que le Christ allait mener : Il lui a donné un contenu.

« Moi, c'est d'eau que je vous baptise ; mais il vient, celui qui est plus fort que moi, et je ne suis pas digne de délier la lanière de ses sandales. Lui, il vous baptisera dans l'Esprit Saint et le feu ; il a sa pelle à vanner à la main pour nettoyer son aire et pour recueillir le blé dans son grenier ; mais la bale, il la brûlera au feu qui ne s'éteint pas. » Ainsi, avec bien d'autres exhortations encore, il annonçait au peuple la Bonne Nouvelle » Luc. 3 :16-18, version TOB.

Ainsi, la révélation prophétique de Jean sur le Christ, annonce un ministère dirigé par le Saint-Esprit avec une action purificatrice par le feu (symbole de jugement et du sacrifice des martyrs). Ce n’est plus les repentis qui viennent se confesser pour être baptisés, c’est le Christ qui vient séparer le bon grain de la paille. Le blé est rassemblé dans son grenier, symbole de son royaume, tandis que la bale (symbole du péché et de ses conséquences) est appelée à disparaître à tout jamais.

 

 6) Jean le Baptiste n’a pas fait que lancer des imprécations, il a annoncé lui aussi « la bonne nouvelle avec beaucoup d’autres encouragements » Luc 3 : 18, version NBS. Nous n’avons pas tous les contenus de ses discours. Cependant, il est resté suffisamment longtemps dans la région désertique du Jourdain pour que sa popularité atteigne un tel sommet. Tous les déplacements de population vers le Jourdain ne se sont pas faits en un jour… Le contenu de cette bonne nouvelle, prêchée par Jean, s’est élaboré dans le temps. C’est ainsi que les auditeurs restaient plusieurs jours, et que Jean a pu former des disciples. Jean n’a pas été un personnage ordinaire. Son succès provient aussi de ce qu’il dégageait. Il avait une personnalité taillée dans le granit, il était entier, pas versatile ni courtisan pour deux sous. Il restait ferme sur les conditions d’adhérer à son message, car il le savait inspirer par Dieu. Cette cohérence sans faux pas reste unique.

 

 

 7) Le Seigneur a repris le témoignage vif et engagé de Jean le baptiste pour dire que

l’accès au royaume de Dieu sous-tend un combat. Seuls ceux qui seront les plus

déterminés dans ce combat pourront entrer dans ce royaume. Ce combat spirituel est avant tout une lutte contre soi-même. Elle est bien là notre responsabilité d’humain ! Mais il nous faut aller plus loin. Son message est encore une invitation à sortir de soi pour aller à la rencontre de Dieu et du prochain. Pour que tout ce programme spirituel se mette en place sur la base de la confiance, une adhésion volontaire est incontournable. C’est un défi pour tous, même si l’esprit saint est en soutien ! 

 

 8) Jean le Baptiste a reçu la louange suprême d’être le plus grand parce qu’il a accepté de s’humilier jusqu’à la mort. Parlant de son Maître et Sauveur, Jean a eu ce mot symptomatique de sa personnalité : « Il faut qu’il croisse et que je diminue » Jean 3 : 30. Pourtant Jean était considéré comme un maître. Il est le seul à avoir été appelé « Rabbi » tout comme Jésus. Quand une partie des disciples de Jean viennent lui dire : « Rabbi, celui qui était avec toi de l’autre côté du Jourdain, et à qui, toi, tu as rendu témoignage, voici qu’il baptise et que tous viennent à lui. Jean répondit : un homme ne peut recevoir que ce qui lui a été donné du ciel. Vous, vous m’êtes vous-mêmes témoins que j’ai dit : Moi, je ne suis pas le Christ, mais c’est devant lui que je suis envoyé. Celui qui a la mariée, c’est le marié ; mais l’ami du marié qui se tient là et qui l’écoute éprouve une grande joie à entendre le marié ; cette joie, qui est la mienne, est donc complète » Jean 3 : 26-29, version NBS.

Quel sublime exemple d’humilité ! le ministère exceptionnel de Jean a été marqué par la touche la plus significative de la consécration à Dieu : l’humilité (rappel : ce mot vient du latin humilitas, dérivé de humus, signifiant terre). L’homme, tiré de la terre n’est que poussière, et il retournera à la poussière (cf. Genèse 3 : 19). Dans la parabole des conviés, le Christ prononcera une phrase qui prête à la réflexion : « quiconque s’élève sera abaissé, et quiconque s’abaisse sera élevé » Luc 14 : 11. Dans une autre parabole, celle du pharisien et du publicain, le Seigneur rappellera cette maxime (cf. Luc 18 : 14). Jean en témoignera. Il se range au niveau de l’esclave dont le service impliquait de délier les lanières des sandales du Maître (cf. Matthieu 3 : 11). Il a été le plus grand, car il s’est rendu le plus petit.

 

 9) Jean le Baptiste a été le plus grand de tous les prophètes, car il fait corps avec son peuple qui avait du mal à comprendre ce qui se vivait en Jésus-Christ. Tout comme le Maître fera corps avec ses disciples, lents à comprendre qu’il réalisait les prophéties (cf. Luc 24 : 25-27,41 ; Marc 16 : 14b). Être solidaire de ceux qui oscillent entre la foi et le doute, la conviction et l’absence de certitude.

Mais est-ce que Jean lui-même a douté ?

Quand Jésus acheva la formation première des douze qu’il avait choisis, Jésus vit venir vers lui des disciples, porte-parole de Jean le Baptiste alors qu’il était en prison. Et, ils lui transmirent sa question surprenante « Est-ce toi, celui qui vient, ou devons-nous en attendre un autre ? Jésus leur répondit : allez raconter à Jean ce que vous entendez et voyez » Mattieu 11 : 2-5, version NBS.

On peut considérer la question de Jean, soit comme une préoccupation toute personnelle, alimentée par le doute, ou comme étant posée par lui pour asseoir la conviction de ses disciples. Car soignons clairs ! Ils ne devaient pas comprendre que leur Rabbi soit en prison. Autrement dit, est-ce que Jean du fond de sa prison s’est-il fait le porte-parole des questions de ses propres disciples (Jésus adoptera la même méthode devant Pilate, cf. Jean 18 : 34). Après réflexion, cette dernière proposition semble la plus cohérente avec l’engagement spirituel de Jean. Pourquoi ?

Quand on a été témoin, soi-même, du fait que Dieu atteste que le Christ est bien le Fils bien- aimé de Dieu, et que l’on peut définir en partie le contenu de sa mission, il me semble difficile

 

d’avoir perdu ce souvenir en chemin. De plus, comment comprendre que celui qui a dit :

« Au milieu de vous, il en est un que vous ne connaissez pas, et qui vient derrière

moi ; moi je ne suis pas digne de délier la lanière de sa sandale » Matthieu 3 : 11, peut aussi dire : « Est-ce toi, celui qui vient, ou devons-nous en attendre un autre ? » Matthieu 11 : 3. (en grec les deux verbes sont les mêmes : ἔρχομαι = erchomai = venir). Il convient de ne point occulter cette réalité : Jean a vu l’Esprit descendre et s’arrêter sur le Christ. C’est pourquoi il a pu dire : « J’ai vu, et j’ai rendu témoignage qu’il est le Fils de Dieu » Jean 1 : 34, version LSG. Jean avait clairement identifié Jésus de Nazareth comme le Messie : « Moi, je ne suis pas le Christ, mais c’est devant lui que je suis envoyé » Jean 3 : 28

Par ailleurs, Jésus ne répond pas à la question de Jean. Pour quelle raison ? Sinon qu’il connaissait la réponse. Par contre, elle s’adresse aux disciples de Jean. L’histoire prouvera que certains disciples de Jean n’adhéreront jamais au discours du Christ. On peut même dire qu’une tension s’établira entre les disciples de Jean et ceux de Jésus. Les historiens pointent des traces de cet antagonisme jusqu’à la fin du premier siècle. De plus, la réponse de Jésus est significative. Il ne déclare pas solennellement : c’est moi le Messie ! Il attire simplement l’attention des disciples de Jean sur les œuvres qu’il réalise tous les jours. Et, ils sont dans le prolongement de l’action de Jean.

Ce que les disciples de Jean peuvent entendre, c’est que Jésus accomplit des miracles et annonce aux pauvres la bonne nouvelle du salut. Autrement dit, la réponse de Jésus se concentre sur les points précis qui complètent le ministère de Jean. Mais le Seigneur fait plus que compléter, il sera le Sauveur en donnant sa vie (lui le juste pour les injustes // Rappel de Jésus à Jean : « il faut que nous accomplissions ce qui est juste »). Foi et doute, conviction ou absence de certitude ont pu à cet endroit se côtoyer chez les disciples de Jean le Baptiste. On a bien rapporté la réponse à Jean, mais nous n’avons pas sa réaction. Autant redire que cette absence plaide pour sa confiance en Jésus-Christ. Son silence nous parle de sa grande foi.

 

 10) Jean le Baptiste a été le plus grand de tous les prophètes car il a annoncé que : « toute chair verra le salut de Dieu » Luc 3 : 6, version LSG. Nous ne sommes plus devant les descriptions eschatologiques du Messie annoncé par les prophètes… Jean peut dire sous la direction de l’Esprit Saint ce qu’aucun autre n’a pu dire avant lui : le salut est là maintenant. Cette annonce ne veut pas dire que Jean le Baptiste connaissait par avance le contenu du message du Christ, l’Oint de Dieu. Il ne pouvait que dire en synthèse : « ouvrez bien vos yeux, vos oreilles, voyez et entendez, le salut de Dieu est arrivé ». Notons que le Seigneur n’a jamais démenti la foi de Jean, pas plus qu’il n’a corrigé ses affirmations. Il n’a pas non plus été son simple disciple ou son successeur ! Il a toujours loué son fidèle service.

 

 11) Jésus lui a rendu un témoignage hors du commun. Il dira : « Jésus se mit à dire de Jean aux foules : qu'êtes-vous allés voir au désert ? Un roseau agité par le vent ? Mais qu'êtes-vous allés voir ? Un homme vêtu de vêtements précieux ? Voici, ceux qui portent des choses précieuses sont dans les maisons des rois. Mais qu'êtes-vous allés voir ? Un prophète ? Oui, vous dis-je, et plus qu'un prophète » Matthieu. 11 : 7-9, version DRB.

Jean le Baptiste est plus qu’un prophète ! Comment comprendre cette affirmation du Seigneur ? Jésus comme à son habitude, en fin pédagogue, laisse ses auditeurs s’interroger sur l’identité prophétique de Jean. En affirmant qu’il est plus qu’un prophète, indirectement, il l’associe à son ministère. Il établit même un lien entre ce qui peut être grand sur cette terre, et ce qui sera petit dans son royaume : « en vérité, je vous dis : parmi

ceux qui sont nés de femme, il n'en a été suscité aucun de plus grand que Jean le

 

 

baptiseur ; mais le moindre dans le royaume des cieux est plus grand que lui »

Matthieu 11 : 11, version DRB.

Observons que ce parallélisme est théologiquement parfait. Pour le comprendre, il faut

se replonger dans la pensée sémitique. Alors que chez nous en Occident, nous procédons par analyse en définissant des différences et en les évaluant, l’esprit sémitique, lui, met en contraste deux extrêmes, qui ont des fonctions différentes, tout en étant côte à côte. Ce sont les deux faces d’une même vérité. (Exemple : « celui qui vient du ciel est au dessus de tous, il témoigne de ce qu’il a vu et entendu et personne ne reçoit son témoignage. Celui qui a reçu son témoignage a certifié que Dieu est vrai » Jean 3 : 31-33, version NBS. C’est moi qui souligne). Autrement dit, le verset souligne la relation entre Jean et les participants du royaume, entre la grandeur terrestre de Jean (dans son engagement), et la grandeur du moindre dans le royaume des cieux. Le contraste est fort, car il met en exergue le présent et le futur.   Contraste encore entre la condition humaine et la condition céleste, entre l’ordre présent et l’ordre à venir. Quand l’apôtre Jean parle de sa vision des nouveaux cieux et d’une nouvelle terre, il rapporte la parole qu’il entend : « voici je fais toutes choses nouvelles » Apocalypse 21 : 5, il dit lui aussi la même chose que Jésus.

Il est agréable d’acter que quiconque se trouvera dans les sentiments de Jean le Baptiste, sera plus que lui dans le nouvel ordre spirituel du royaume divin.

 

 12) Jean est le plus grand de tous les prophètes peut-être aussi parce que la lignée de ces prophètes prend fin avec lui. Jésus dira « tous les prophètes et la loi ont prophétisé jusqu’à Jean » Matthieu 11 :13, version Darby. Depuis, la connaissance du salut gratuit en Jésus-Christ est pour tous ceux qui l’accueillent. Gloire à Dieu et à son Christ !

 

Conclusion :

 

Après avoir revisité l’histoire du baptême de notre Seigneur Jésus, parlé du témoignage que Jean le Baptiste lui a rendu, et vu avec déférence comment Jésus a fait l’éloge de Jean le Baptiste, il nous est difficile de fermer le dossier de notre enquête, tant son contenu est riche. Aussi devons-nous laisser ouvert le champ de la découverte personnelle. Nous ne savons pas tout ce qui a uni ces deux hommes d’une même parenté physique et spirituelle. Jean le baptiste et Jésus de Nazareth ont formé un tandem tellement uni et tellement dissemblable, voire hétéroclite, à la fois. L’humanité a côtoyé la divinité. Jean l’ascète nomade du désert à la parole austère, a laissé place à un Christ bon vivant, mangeant et buvant avec les gens de mauvaise vie, les peu fréquentables comme les prostituées, les percepteurs d’impôts, les lépreux etc. Jean a poussé un cri poignant dans le désert de Judée, Jésus a proclamé un salut joyeux dans le respect et l’amour du prochain. Jésus, fils de Dieu et fils de l’homme, transmet la joie du royaume qui est déjà là pour ceux qui peuvent le discerner.

 

En identifiant Jean le Baptiste au prophète Elie, Jésus à partir de son baptême, crée un pont entre l’ancienne et la nouvelle alliance. La notion de peuple change de nature. Du choix premier d’Israël, nous passons au temps des nations (cf. Actes 14 : 27 ; 15 : 3, 14 ; 26 : 20, 23). Sans conteste, Jean est bien le plus grand de tous les prophètes !

 

                                                                                 Jacques Eychenne

 

 

PS : TOB, version Traduction Œcuménique de la Bible ; NBS, version Nouvelle Bible Segond ; DRB, version Darby.

 

                                                                                        

 

 

Actualité

 Liste des 4 dernières réflexions spirituelles

(cliquez sur celle de votre choix).

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jacques Eychenne