Les dons spirituels dans la communauté chrétienne

  

 

 

    Les dons spirituels     Romains 12 : 1-8

        1 Corinthiens 12

  Ephésiens 4 : 1-3,11-16

 

 

Introduction :

 

Quand Jésus déclara : «  il vous est avantageux que je m’en aille… » Jean 16 : 7a, il précisa la raison essentielle de sa déclaration solennelle : « si je ne m’en vais pas, le consolateur ne viendra pas, mais si je m’en vais, je vous l’enverrai » Jean 16 : 7b. La mission du Christ étant achevée, il était indispensable que son action demeure. A cette fin, le Seigneur dépêcha auprès des humains son porte-parole, le Saint-Esprit, celui qui aide et qui protège en tous lieux et en tous temps. Ce chargé de missions devait décliner trois objectifs précis : il devait convaincre le monde en fournissant des informations précises en regard de trois sujets essentiels : - la nature du mal et les conséquences du péché. – La justice divine concernant cette tragédie. - La nécessité d’une clarification définitive appelée jugement divin. Comme on peut facilement le comprendre la démarche du Saint-Esprit s’inscrit en complément d’une œuvre de salut déjà réalisée en Jésus-Christ. Non seulement, le Saint-Esprit nous permet de mieux comprendre le plan divin, mais encore, il est toujours actif pour doter la communauté chrétienne de dons et de ministères nécessaires à son bon fonctionnement. Ainsi, des grâces spirituelles ont été accordées à tous ceux et celles qui ont exprimé le désir sincère d’entrer dans ce grand mouvement de restauration. Vouloir faire partie du corps du Christ appelle à reconnaître sa place à l’intérieur de ce corps et en corollaire à identifier ce que le Saint-Esprit nous a donné en propre.

 

Développement :

 

L’apôtre Paul développe admirablement bien ce service chrétien à la gloire de Dieu. Lisons ensemble Romains 12 et essayons de souligner les principales caractéristiques de ce service chrétien

L’apôtre souligne, en premier, la nécessité d’une consécration à Dieu (cf. Romains 12 : 1). Cette dernière établit une rupture avec l’état d’esprit qui mène le monde (cf. Romains 12 : 2 ; 1 Jean 2 : 15-17 ; Jacques 4 : 4). Pour que cette rupture devienne une réalité,  notre intelligence a besoin d’être renouvelée et transformée.  «  Soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence ». Le verbe grec  « μεταμορφόω » a donné en français le mot de métamorphose  (c’est la chenille qui devient papillon). L’image est déjà forte en elle-même, mais pour Paul, elle ne semble pas suffisante, aussi parle-t-il de renouvellement de l’intelligence « ἀνα-καίνωσις τοῦ νοὸς ». Le terme grec met en relief un principe actif (cf. Tite 3 : 5b). il est censé contaminer l’essentiel de notre personne, c'est-à-dire, notre pensée, notre esprit, notre raison, notre entendement (cf. Luc 24 : 45 ; Romains 1 : 28 ; 7 : 23 ; 1 Corinthiens 1 : 10 ; 2 : 16 ; 14 : 14 ; 2 Thessaloniciens 2 : 2). L’objectif est de découvrir, en tout et pour tout, la volonté de Dieu et de distinguer ce qui relève du bien ou du mal. L’important est moins de réussir dans la vie que de réussir sa vie.

 

Cette manifestation puissante de la grâce de Dieu pour l’humain est une invitation à cultiver la vertu de l’humilité (cf. Romains 12 : 3). C’est bien dans ce contexte spirituel que l’apôtre interpelle les chrétiens de Corinthe pour que chacun trouve sa place à l’intérieur de la communauté. L’image suggestive du corps humain est judicieuse à cet endroit (cf. Romains 12 : 5). Ainsi la force d’amour de la grâce divine sollicite chacun à découvrir le ou les dons spirituels qui lui sont propres. Précisons que ces dons ne relèvent pas de ce que l’humain peut produire par lui-même. C’est le Saint-Esprit qui les distribue « à chacun en particulier comme il veut »   1 Corinthiens 12 : 11.

 

Observons que si d’un côté il y a la joie de prendre connaissance de son don, de l’autre, il y a une responsabilité qui implique de vivre ce don en y mettant tout son cœur « ainsi, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps en Christ, et nous sommes tous membres les uns des autres. Puisque nous avons des dons différents, selon la grâce qui nous a été accordée, que celui qui a le don de prophétie l'exerce selon l'analogie de la foi; que celui qui est appelé au ministère s'attache à son ministère; que celui qui enseigne s'attache à son enseignement, et celui qui exhorte à l'exhortation. Que celui qui donne le fasse avec libéralité; que celui qui préside le fasse avec zèle; que celui qui pratique la miséricorde le fasse avec joie. »  Romains 12 : 5-8.  

 

Après cette énumération sommaire sur laquelle Paul reviendra, soulignons l’attention de l’apôtre concernant les relations qui devraient conduire les chrétiens à la pratique d’un amour fraternel. Humilité, bienveillance et solidarité, telles devraient être les aspirations des fidèles entre eux et avec ceux qui ne font pas partie de la  même famille spirituelle (cf. Romains 12 : 16-21).

Accueillir dans son cœur cet état d’esprit est un combat permanent. Rien n’est évident et l’apôtre Paul a bien été conscient de cette difficulté. Il a fallu qu’il remette de l’ordre dans la communauté de Corinthe où les luttes intestines étaient présentes. « Pour moi, frères, ce n'est pas comme à des hommes spirituels que j'ai pu vous parler, mais comme à des hommes charnels, comme à des enfants en Christ. Je vous ai donné du lait, non de la nourriture solide, car vous ne pouviez pas la supporter; et vous ne le pouvez pas même à présent, parce que vous êtes encore charnels. En effet, puisqu'il y a parmi vous de la jalousie et des disputes, n'êtes-vous pas charnels, et ne marchez-vous pas selon l'homme ? Quand l'un dit: Moi, je suis de Paul ! et un autre: Moi, d'Apollos ! N’êtes-vous pas des hommes ? Qu'est-ce donc qu'Apollos, et qu'est-ce que Paul ? Des serviteurs, par le moyen desquels vous avez cru, selon que le Seigneur l'a donné à chacun. J’ai planté, Apollos a arrosé, mais Dieu a fait croître, en sorte que ce n'est pas celui qui plante qui est quelque chose, ni celui qui arrose, mais Dieu qui fait croître. Celui qui plante et celui qui arrose sont égaux, et chacun recevra sa propre récompense selon son propre travail. Car nous sommes ouvriers avec Dieu. Vous êtes le champ de Dieu, l'édifice de Dieu. »  1 Corinthiens 3 : 1-9.

 

Cette mise au point de l’apôtre doit sans cesse nous tenir en éveil par rapport à la tendance naturelle du comportement humain. A quoi peut nous servir l’aide de Dieu par le Saint-Esprit,  si nous reproduisons le laisser-aller facile de nos instincts dépravés ?

Pour l’apôtre, la manifestation de la grâce devrait avoir pour finalité la pratique de l’amour (cf. 1 Corinthiens 13). C’est dans ce cadre qu’il entrevoit positivement l’exercice des dons spirituels. Il précisera : « pour ce qui est des pratiques spirituelles, je ne veux pas, mes frères, que vous soyez dans l’ignorance. » 1 Corinthiens 12 : 1, Version Nouvelle Bible Segond. Paul demande instamment aux Corinthiens d’acter le fait qu’il doit y avoir un avant et un après leur adhésion à Christ. Il y a nécessité à changer de comportement et d’attitude, c’est d’abord cela l’action du Saint-Esprit. Ensuite il y a la réception des divers dons de la grâce. « Il y a diversité de dons, mais le même Esprit; diversité de ministères, mais le même Seigneur; diversité d'opérations, mais le même Dieu qui opère tout en tous. Or, à chacun la manifestation de l'Esprit est donnée pour l'utilité commune. »  1 Corinthiens 12 : 4-7.

 

La diversité des dons, des services, des œuvres de Dieu, tout est rappel de l’unicité de Dieu. « C’est le même Dieu qui opère tout en tous. »  1 Corinthiens 12 : 6b. Ainsi, non seulement personne n’est autorisé à se glorifier comme si le ou les dons lui appartenaient, mais plus encore, la manifestation des dons de la grâce a pour objectif avoué : l’utilité commune, autrement dit, le bien spirituel de la communauté (cf. 1 Corinthiens 12 : 7). Quel bonheur pour l’apôtre de nous avoir révélé cette sagesse immanente de Dieu !

Le maître d’œuvre demeure le Saint-Esprit : « un seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme il veut. Car, comme le corps est un et a plusieurs membres, et comme tous les membres du corps, malgré leur nombre, ne forment qu'un seul corps, ainsi en est-il de Christ. »  1 Corinthiens 12 : 11-12.

 

De même que la création du cosmos nous révèle l’immense diversité de la vie, de même que la nature nous émerveille avec la variété des espèces de plantes et d’animaux, de même la diversité des dons spirituels révèle la grandeur de notre Dieu. L’énumération des dons de grâce nous permet d’en dénombrer plus d’une vingtaine. Et de même qu’il y a plusieurs membres, mais un seul corps humain (cf. 1 Corinthiens 12 : 20), de même chacun doit pouvoir trouver sa place dans l’Eglise, corps du Christ. Il y a une place pour chacun ou chacune, mais chacun ou chacune doit rester à sa place et ne pas envier ce qui appartient à d’autres. « Tous sont-ils apôtres ? Tous sont-ils prophètes ? Tous sont-ils docteurs ? Tous ont-ils le don des miracles ? Tous ont-ils le don des guérisons ? Tous parlent-ils en langues ? Tous interprètent –ils ? Aspirez aux dons les meilleurs. Et je vais encore vous montrer une voie par excellence. » 1 Corinthiens  12 : 29-31.

 

Dès lors, comment savoir si nous sommes conduits par le Saint-Esprit ? Pour le savoir, l’apôtre montre la voie de l’excellence : l’amour (cf. 1 Corinthiens 12 : 31). Pourquoi l’amour par-dessus tout ? Parce que selon Paul tous les autres dons disparaîtront, seul l’amour traversera le temps. « L'amour ne périt jamais. Les prophéties seront abolies, les langues cesseront, la connaissance sera abolie. Car nous connaissons en partie, et nous prophétisons en partie, mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel sera aboli. » 1 Corinthiens 13 : 8-10. L’amour résume tout le plan de Dieu pour l’homme. Il est le combustible de sa radioactivité  infinie. Sans amour nous ne vivons pas. Il est aussi indispensable que le soleil et la lumière aux plantes. Nous pouvons avoir tous les dons spirituels, mais si nous n’avons pas l’amour (ἀγάπη= l’amour d’essence divine), l’apôtre témoigne et ose dire : « je ne suis rien » 1 Corinthiens 13 : 2 c. Et il rajoute encore afin d’être plus clair : « quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, quand je livrerais même mon corps pour être brûlé, si je n'ai pas l'amour, cela ne me sert à rien. » littéralement : « je sers à rien »  1 Corinthiens 13 : 3.

 

Voilà pourquoi avant de développer le sujet des dons de grâce, l’apôtre Paul insiste (et signe) par ces mots : « recherchez l'amour. Aspirez aussi aux dons spirituels, mais surtout à celui de prophétie. »  1 Corinthiens 14:1. Si donc nous voulons être confortés dans la conviction d’être dirigés par le Saint-Esprit, la preuve par neuf n’est point dans la possession d’un don particulier, mais uniquement dans celui d’aimer. N’a-t-il pas été porté à sa perfection par notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ ? Assurément !

Ainsi la dispensation généreuse des dons spirituels a pour objet le bien commun avant tout. Par le don du Christ et le relai du Saint-Esprit, l’apôtre Paul confirme cette vérité incontournable :  « il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l'œuvre du ministère et de l'édification du corps de Christ, jusqu'à ce que nous soyons tous parvenus à l'unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l'état d'homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ. »  Ephésiens  4 : 11-13.

 

L’objectif est limpidement défini : Parvenir tous à l’unité de la foi et à la connaissance du fils de Dieu. En acceptant ce programme et en nous appliquant à le vivre avec l’aide de l’Esprit Saint, nous atteindrons la maturité de l’adulte spirituel (cf. Ephésiens 4 : 13). Pour ne pas être des enfants ballotés et emportés à tout vent de doctrine, l’apôtre nous conseille d’avoir en point de mire «  la mesure de la taille de la plénitude du Christ » (cf. traduction littéraleEphésiens 4 : 13c.

Non seulement, en agissant ainsi nous viserons le bien commun, mais plus personnellement cela contribuera à notre propre édification spirituelle. C’est cette vérité qu’il nous faut partager, c’est ce témoignage qu’il nous faut porter au monde, c’est ce programme spirituel qu’il nous faut diffuser avec humilité.

Le témoignage de l’apôtre Paul à ce sujet est éloquent :

« Confessant la vérité dans l'amour, nous grandirons à tous égards vers celui qui est la tête, Christ. Et c'est de lui que le corps tout entier, coordonné et bien uni grâce à toutes les articulations qui le desservent, selon une activité répartie à la mesure de chacun, réalise sa propre croissance pour se construire lui-même dans l'amour. » Ephésiens 4 : 15-16, version TOB.

 

Conclusion :

 

« Dès que l’homme n’aime plus, il commence à mourir » René Benjamin. L’amour est naturellement créatif, c’est une raison suffisante pour rafraîchir notre relation à Dieu et à notre prochain. C’est sur le socle de cette référence que repose tout l’enseignement des dons de grâce. Le secret d’un amour durable est moins de s’habituer à la présence familière de l’autre, qu’à vivre une découverte permanente avec lui. C’est peut-être là le mystère perpétuel de la vie relationnelle, humaine et spirituelle.

Cet état d’esprit nous ouvre à la disposition du service pour autrui, et prédispose, voire même conditionne,  la réception des dons spirituels. Que personne ne se prive de cette belle expérience à vivre …

« Veillez donc, avec un soin tout particulier, à votre manière de vivre. Agissez avec la conscience de votre responsabilité. Ne vivez pas au jour le jour, sans penser à plus loin, comme ceux qui ne connaissent pas le vrai sens de la vie. Comportez-vous en gens avisés qui se rendent compte en quels temps critiques nous vivons, et savent tirer le meilleur parti de la période présente. Devenez maîtres de votre temps, profitez de toutes les occasions favorables, malgré les difficultés de l’heure… » Ephésiens 5 : 15-16, transcription dynamique du Nouveau Testament, D’Alfred Kuen, 2013.

« Paix aux frères, amour et foi de la part de Dieu le Père et du Seigneur Jésus-Christ. Que la grâce soit avec tous ceux qui aiment notre Seigneur Jésus- Christ d'un amour inaltérable » Ephésiens 6 : 23-24, version TOB.

                                                                                  

                                                                               Jacques Eychenne

 

 

 

Actualité

 Liste des 4 dernières réflexions spirituelles dans Paroles en chemin et dans l'un des 4 titres.

 

- La spiritualité

- Les femmes et les hommes de foi

- Les thèmes fondamentaux du Christianisme

 

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jacques Eychenne