La sentinelle

 

  

  La sentinelle

Une parabole moderne

    Ezéchiel 33

Introduction :

 

Le prophète Ezéchiel dont le nom signifie « Dieu fortifiera » ou « Dieu rend pur » a très certainement fait partie de la troisième déportation des israélites à Babylone, suite à la révolte du roi de Juda, Sédécias. Nébucadnetzar, le roi chaldéen l’avait établi sur Jérusalem, lors de sa deuxième prise de la ville (cf. 2 Chroniques 36 : 10-21). Ezéchiel était alors sacrificateur, entièrement dévoué à son sacerdoce. Il était intègre  et fidèle à son Dieu. Cela explique le choix de l’Eternel pour le missionner comme prophète en terre chaldéenne (cf. Ezéchiel 1 : 1-3). Nous sommes aux environs de 597 av. J-C. La situation du peuple d’Israël est catastrophique. Toute l’élite a été déportée à Babylone et le trésor du temple avec tous ses ustensiles en or a été saccagé et pillé (cf. 2 Rois 24 : 13-16). De plus, tous les responsables du pays, tous les guerriers et même les artisans ont été transférés à Babylone et dans sa province. On peut dire que moralement, économiquement, politiquement, le pays d’Israël est ruiné. Tel est le contexte dans lequel surgit Ezéchiel. Dieu va lui délivrer des messages d’une grande importance. Cette séquence historique nous en dit beaucoup sur les intentions de Dieu vis-à-vis de son peuple. Au-delà de cette époque marquée par la déliquescence de sa spiritualité, ce message perdure et rejoint  la situation présente d’un peuple de Dieu dispersé en quête de spiritualité  et d’espérance.

 

Développement :

 

Dans la Bible, quand Dieu parle, il est toujours sage de prendre en haute considération ce qu’il dit. La première manifestation prophétique d’Ezéchiel plante le décor. Dieu parle avec autorité en utilisant la flamboyance des éléments naturels : Vent impétueux, grosse nuée, gerbe de feu, lumière éclatante (cf. Ezéchiel 1 : 4). Puis, Dieu missionne son serviteur en lui demandant de se mettre debout et d’écouter (cf. Ezéchiel 2 : 1). Le message s’adresse aux enfants d’Israël, descendants de Jacob. Dieu justifie son intervention auprès d’Ezéchiel par le fait que ce peuple s’est révolté contre lui. L’Eternel  épingle ceux qui avaient hérité de nombreuses et heureuses promesses  comme des « impudents, rebelles, au cœur endurci », n’agissant qu’à leur guise. C’est à ce peuple obstiné et entêté que Dieu veut s’adresser pour qu’il réalise le tragique de sa situation. Cette dernière n’est que la conséquence de ses  sempiternels égarements (cf. Ezéchiel 2 : 3-4). Mais, Dieu prévient son serviteur en lui indiquant que sa tâche sera ardue. Il utilise un langage imagé. Il devra évoluer au milieu des ronces, des épines, des piquants, des scorpions (cf. Ezéchiel 2 : 6).  Toutefois,  Dieu l’assure de son soutien et de son accompagnement. Il n’a pas lieu d’être terrifié ou effrayé par le comportement de la maison d’Israël. La situation est certes critique, mais non désespérée. De plus, concrètement, Dieu va fournir à son héraut les moyens de faire face.

« Mais la maison d'Israël ne voudra pas t'écouter, parce qu'elle ne veut pas m'écouter; car toute la maison d'Israël a le front dur et le cœur endurci. Voici, j'endurcirai ta face, pour que tu l'opposes à leur face; j'endurcirai ton front, pour que tu l'opposes à leur front. Je rendrai ton front comme un diamant, plus dur que le roc. Ne les crains pas, quoiqu'ils soient une famille de rebelles. » Ezéchiel 3 : 7-9.

 

Puis, Yaweh-Adonaï lui propose de recevoir ses paroles d’abord dans son cœur. Autrement dit, Dieu veut instaurer avec son porte-parole une relation affective, fondée sur le critère de la confiance. Ce préalable sera la condition sine qua non de la réussite de sa mission. (cf. Ezéchiel 3 : 10). Une fois le message reçu dans de bonnes conditions, le prophète doit le transmettre aux destinataires (« les déportés » TOB ;  « les captifs » Louis Segond ; « les exilés » version de Jérusalem ; « ceux de la transportation » J.N Darby). Pour le conforter à assumer courageusement cette prédication, Dieu a la bonté de le mettre en ouverture d’esprit pour qu’il entende une grande clameur céleste : « Bénie soit la gloire de l'Éternel, du lieu de sa demeure ! »  Ezéchiel 3 : 12. Autant dire qu’Ezéchiel est connecté au canal céleste !

 

Dieu rappelle à son serviteur son mandat et l’impérieuse responsabilité qui l’accompagne : « Fils de l'homme, je t'établis comme sentinelle sur la maison d'Israël. Tu écouteras la parole qui sortira de ma bouche, et tu les avertiras de ma part. Quand je dirai au méchant : Tu mourras ! Si tu ne l'avertis pas, si tu ne parles pas pour détourner le méchant de sa mauvaise voie et pour lui sauver la vie, ce méchant mourra dans son iniquité, et je te redemanderai son sang. Mais si tu avertis le méchant, et qu'il ne se détourne pas de sa méchanceté et de sa mauvaise voie, il mourra dans son iniquité, et toi, tu sauveras ton âme. »  Ezéchiel 3 : 17-19.

 

Ainsi s’exprime la justice divine : elle renvoie chaque humain à sa responsabilité. Chacun choisit son avenir, avec ou contre Dieu. Terrible dilemme pour l’humain que de choisir sa destinée éternelle !

A la suite, Dieu plante le décor. Le premier grand message prophétique est publié (cf. Ezéchiel 4). Jérusalem est encerclée et assiégée par les troupes chaldéennes et rien ne pourra la sauver. Cependant, aussi curieux que cela puisse paraître, cette situation tragique, cette apparente défaite n’est pas un échec pour Dieu. Il va utiliser la déroute d’Israël pour l’éveiller à un renouveau. Les appels à une renaissance vont retentir (après avoir pointé  avec précision  tous les maux profonds dont souffre ce peuple).

 

Dieu va redire son amour à Jérusalem (identifiée à une femme infidèle). « Je passai près de toi, je te regardai, et voici, ton temps était là, le temps des amours. J'étendis sur toi le pan de ma robe, je couvris ta nudité, je te jurai fidélité, je fis alliance avec toi, dit le Seigneur, l'Éternel, et tu fus à moi…Tu étais d'une beauté accomplie, digne de la royauté. Et ta renommée se répandit parmi les nations, à cause de ta beauté; car elle était parfaite, grâce à l'éclat dont je t'avais ornée, dit le Seigneur, l'Éternel. » Ezéchiel 16 : 8,13-14.

 

Au travers du drame, Dieu déploie sa grâce. Il manifeste l’étendue de sa bonté. Il réactive une relation durable, paisible et sereine avec son peuple. A cette fin, fidèlement, il renouvelle les termes d’une alliance au travers d’un langage d’amour : « mais je me souviendrai de mon alliance avec toi au temps de ta jeunesse, et j'établirai avec toi une alliance éternelle. Tu te souviendras de ta conduite, et tu en auras honte… J'établirai mon alliance avec toi, et tu sauras que je suis l'Éternel, afin que tu te souviennes du passé et que tu rougisses, afin que tu n'ouvres plus la bouche et que tu sois confuse, quand je te pardonnerai tout ce que tu as fait, dit le Seigneur, l'Éternel. »  Ezéchiel 16 : 60-63.

 

Pour que toutes ces belles promesses prennent vie, l’Eternel va interpeller Ezéchiel sur l’importance de son positionnement comme prophète. Si la ruine de Jérusalem était inévitable, et si Dieu a permis les invasions chaldéennes, c’est assurément pour mettre un terme définitif aux illusions dont le peuple s’était nourri. Il pensait pouvoir faire face à l’adversité dans des alliances. La relation à son Dieu était mise entre parenthèses.

Après avoir imposé silence à son messager à la suite de la mort soudaine de son épouse (cf. Ezéchiel 24 : 16-17), l’Eternel va de nouveau motiver son dévoué serviteur en reformulant son devoir solennel : celui d’être une sentinelle (ou un guetteur) pour Israël. Cette missive allégorique, placée au cœur de son livre est un hymne à la responsabilité. En effet, lorsqu’en période de crise un peuple ou une communauté choisit un guetteur ou une sentinelle, c’est pour prévenir d’un danger (si cette sentinelle faillit à son devoir les conséquences peuvent être dramatiques. Par contre, si cette sentinelle sonne de la trompette pour avertir ceux qu’elle protège, les conséquences d’un effet de surprise ne peuvent pas lui être imputées). Le texte met en évidence le sens aigu de la responsabilité quand le péril menace, ou quand le danger est imminent. Dès lors que la sentinelle a sonné de la trompette, une coresponsabilité s’opère. Il y a celui qui avertit et celui qui entend l’avertissement. Dans le chapitre qui nous intéresse, Dieu ne fait aucun reproche à sa sentinelle. Il expose simplement les conséquences d’un manquement au devoir d’avertissement. En résumé de cette introduction  allégorique, si la sentinelle fait son devoir et prévient le peuple d’un péril, sa responsabilité n’est pas engagée. Par contre, si pour des raisons diverses, elle manque à ses obligations, alors sa responsabilité est totale (cf. Ezéchiel 33 : 1-6). D’où l’importance du choix de la sentinelle.

 

Dans notre récit, elle est choisie et établit par Dieu : « et toi, fils de l'homme, je t'ai établi comme sentinelle sur la maison d'Israël. »  Ezéchiel 33 : 7. De plus, dans la symbolique spirituelle, la sentinelle ne peut s’autoriser à délivrer des avertissements personnels : « Tu dois écouter la parole qui sort de ma bouche, et les avertir de ma part. »  Ezéchiel 33 : 7. Autrement dit, il importe avant tout de discerner la vocation spirituelle d’une sentinelle. Il est vital de savoir si ses avertissements émanent de Dieu. La qualité première de la sentinelle est de se mettre en disponibilité d’écoute de sa Parole. Ensuite, elle a pour vocation de la transmettre sans altération. Aujourd’hui comme hier, Dieu a grandement besoin de sentinelles consacrées et fidèles…

Puis, la caméra zoome sur un aspect plus personnel de la relation. Le texte révélé établit un lien entre le rôle de la sentinelle et la justice divine.

« Quand je dis au méchant : méchant, tu mourras ! Si tu ne parles pas pour détourner le méchant de sa voie, ce méchant mourra dans son iniquité, et je te redemanderai son sang. Mais si tu avertis le méchant pour le détourner de sa voie, et qu'il ne s'en détourne pas, il mourra dans son iniquité, et toi tu sauveras ton âme. Et toi, fils de l'homme, dis à la maison d'Israël : vous dites: nos transgressions et nos péchés sont sur nous, et c'est à cause d'eux que nous sommes frappés de langueur; comment pourrions-nous vivre ? Dis-leur : je suis vivant ! dit le Seigneur, l'Éternel, ce que je désire, ce n'est pas que le méchant meure, c'est qu'il change de conduite et qu'il vive. Revenez, revenez de votre mauvaise voie; et pourquoi mourriez-vous, maison d'Israël ? » Ezéchiel 33 : 8-11.

Ce texte met en exergue le lien indéfectible qui existe entre l’amour et la justice divine. Tel un bon père, Dieu ne trouve aucun plaisir à sanctionner ou à condamner. Il n’a nul plaisir à voir périr ce qu’il a lui-même fait naître à la vie. Prêter à Dieu  cette intention est un raisonnement absurde… Non ! Le grand désir divin est de faire comprendre à tout être créé, que la vie obéit à des principes immanents qui dépassent les simples fonctionnements physiques et psychiques de l’humain. Déjà au temps de Moïse, Dieu avait précisé les modalités de sa justice :

« souviens-toi de tout le chemin que l'Éternel, ton Dieu, t'a fait faire pendant ces quarante années dans le désert, afin de t'humilier et de t'éprouver, pour savoir quelles étaient les dispositions de ton cœur et si tu garderais ou non ses commandements. Il t'a humilié, il t'a fait souffrir de la faim, et il t'a nourri de la manne, que tu ne connaissais pas et que n'avaient pas connue tes pères, afin de t'apprendre que l'homme ne vit pas de pain seulement, mais que l'homme vit de tout ce qui sort de la bouche de l'Éternel »  Deutéronome 8 : 2-3.  En harmonie avec la pensée de son Père, Jésus dira devant l’adversité : « L'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » Matthieu 4 : 4. On a peut-être oublié dans notre pays sécularisé que l’être humain est non seulement un être physique, mais encore psychique, mental et spirituel. Vouloir gommer une de ces particularités fait offense au Dieu créateur. Nous savons que cette pensée n’est pas à la mode, mais le jour viendra où toute la lumière éclatera au grand jour.

 

Dieu renvoie l’homme à sa responsabilité. Il veut simplement qu’il change de conduite pour être en continuité de vie. Transgresser les lois fondamentales de cette vie équivaut à emprunter un chemin d’éloignement de la vie. In fine cela  conduit à l’absence de vie. Le guetteur Ezéchiel rappelle les dangers qui guettent ceux qui sont avertis. « La justice du juste ne le sauvera pas au jour de sa transgression »   Ezéchiel 33 : 12.

Compter que sur soi, construire sa propre loi, ne vouloir être soumis à aucune autre, agir comme si rien ne nous obligeait  à rendre des comptes, au regard de la Parole de Dieu, c’est être, spirituellement parlant, dans l’irresponsabilité. La propre justice humaine est un leurre dangereux. C’est la raison pour laquelle et le Christ et les apôtres ont combattu la notion de salut par les œuvres (cf. Matthieu 5 : 20 ; 6 : 1 ; Romains 3 : 20 ; 4 : 6 ; Galates 3 : 11 ; Ephésiens 2 : 9).

Disons-le sans détour, l’enseignement du salut par les œuvres, n’est qu’une construction tout humaine. Elle a parfois l’outrecuidance de s’arroger des droits sur Dieu.

Le salut est une question de relation d’amour. Nous sommes sauvés uniquement par grâce, par le moyen de la foi, elle-même don de Dieu. Réaffirmons que cette foi est disponible à tous (cf. Ephésiens 2 : 8). Ezéchiel rappelle aux enfants d’Israël qu’il est dramatique de se confier en sa propre justice (cf. Ezéchiel 33 : 13). Agissant en tant que sentinelle Ezéchiel rappelle que chacun sera jugé selon sa conduite (cf. Ezéchiel 33 : 20, version TOB).

 

    Conclusion :

 

Ce retour dans l’histoire du peuple d’Israël est riche en enseignements. Israël symbolise le peuple de Dieu à travers l’histoire des hommes. Sa situation critique en déportation nous plonge dans le présent d’un monde en crise. Dieu appelle des sentinelles à se tenir debout et à écouter ses messages pour les retransmettre fidèlement. La caractéristique de ces sentinelles est moins en lien avec le religieux traditionnel qu’avec une disposition de cœur. Si Ezéchiel a évolué au milieu des épines, des piquants et des scorpions, c’est pour nous sensibiliser au fait que le message spirituel sera délivré dans l’adversité (les apôtres l’ont concrètement expérimenté. L’apôtre Paul parle de combat. cf. 2 Timothée 4 : 7 ; Ephésiens 6 : 11-18 ). La sentinelle a la responsabilité d’avertir des dangers réels. Elle n’est pas là pour délivrer une parole doucereuse que le peuple a envie d’entendre (elle n’a pas vocation à plaire ou à faire plaisir). La fidélité à ce que Dieu a dit fait partie des exigences requises. Le message puissant qui jaillit de la bouche d’Ezéchiel est un appel vibrant à renouer une relation durable avec le Dieu de l’amour et de la grâce. La compréhension de sa justice est en lien direct avec le choix de l’homme (cf. Dieu ne fera qu’entériner son choix, cf. Matthieu 16 : 27 ; Romains 2 5-6 ; 1 Pierre 1 : 17 ; 2 Timothée 4 : 14). Par extension de la symbolique, le Seigneur Jésus a développé la notion de veille (cf. Luc 21 : 36). Pour être en bonne veille, la sentinelle marche et regarde dans toutes les directions. Spirituellement, il en est de même. Pour cette préparation, il faut commencer par s’examiner soi-même afin de savoir si on est dans de bonnes dispositions pour assumer la veille. Jésus a déclaré : « tenez-vous sur vos gardes, de peur que vos cœurs ne s'appesantissent dans la débauche, l'ivrognerie, les soucis de la vie… » Luc 21:34, version de Jérusalem ; cf. Galates 6 : 4 ; 1 Timothée 4 : 16 ; 2 Corinthiens 13 : 5). Ensuite, il faut être solidaire et en veille pour les autres : « veillons les uns sur les autres, pour nous exciter à l'amour et aux bonnes œuvres. » Hébreux 10 : 24, version de Genève.).

Gageons que ce thème de la sentinelle réarme notre responsabilité. Et si sa symbolique  nous plonge dans une actualité brûlante, alors saisissons cette opportunité pour mieux assumer notre simple vocation d’humain en reconnaissant que nous sommes des êtres créés par un Dieu bienveillant porteur d’un projet d’amour.                 

                                                                                  Jacques Eychenne

 

 

 

 

Un texte ! Vous pouvez le remplir avec du contenu, le déplacer, le copier ou le supprimer.

Lorem ipsum dolor sit amet, consetetur sadipscing elitr, sed diam nonumy eirmod tempor invidunt ut labore et dolore magna aliquyam.

 

 

Actualité

 Liste des 4 dernières réflexions spirituelles dans Paroles en chemin et dans l'un des 4 titres.

 

- La spiritualité

- Les femmes et les hommes de foi

- Les thèmes fondamentaux du Christianisme

 

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jacques Eychenne