Les deux Alliances

ou

  Le contrat confiance de Dieu pour l'homme

 

 

Introduction :

 

Schématiquement, la Bible présente deux grandes alliances entre Dieu et les hommes. L’une est déclarée ancienne et se rattache plus particulièrement à Moïse, l’autre est déclarée nouvelle et se rattache à Jésus-Christ.

En fait, le mot alliance sous entend un accord entre 2 parties. C’est un acte juridique qui engage les parties en présence. Cette alliance, très souvent, concrétise un engagement de 2 parties inégales… L’une promettant aide, assistance, protection, au second.

Cependant, l’aspect de contrat est secondaire dans l’A.T. par rapport à la mise en place d’une entente relationnelle fondée sur la confiance. Elle révèle l’intentionnalité de Dieu au travers d’un projet fondé sur sa création d’amour.

Dans notre sujet, c’est Dieu qui conçoit et conclut alliance. C’est Lui qui prend l’initiative du dialogue avec Adam et Eve, malgré leur rupture du contrat-confiance en Eden.

D’ailleurs tout ce qui concerne le vaste plan du salut pour l’homme est du ressort de la seule volonté première de notre Père Céleste.

La bible présente une démarche unique, toutes religions confondues :

La justification de l’alliance est motivée par l’amour et sa mise en place a une valeur pédagogique et prophétique.

En conséquence, Dieu reste fidèle à ses promesses, malgré les ruptures d’engagements des contractants. (Cf. Romains 3 :3)

 

Les deux alliances sont la manifestation d’une révélation divine. Elles sont manifestement désir de communication et partage. Par là, Dieu révèle qui Il EST et quel est le grand projet qui l’habite. Le fait est sans égal dans l’histoire de notre humanité.

 

Développement : L’ancienne Alliance :

 

Elle est ainsi nommée, non seulement à cause de sa chronologie historique, mais encore par sa valeur pédagogique et prophétique. Son point de référence est la loi, faussement appelée, de Moïse. Ainsi, on fait surtout référence à l’alliance mosaïque, quand on parle d’ancienne alliance. En fait, paradoxalement, cette ancienne alliance dans les Ecritures Saintes, n’est pas la plus ancienne. Celle qui l’est réellement est en rapport direct avec l’amour et la grâce. Ces deux caractéristiques encadrent la notion de l’interdit en Eden, pierre de touche, et test témoin de la fidélité des créatures à Dieu.

 

Dieu, par exemple, fait grâce à Adam et Eve, malgré leur rupture d’engagement de fidélité. Par Amour, Dieu recompose avec eux. C’est Dieu qui reprend l’initiative du dialogue (Cf. Genèse 3 :9). C’est Dieu qui sépare nos premiers parents du tentateur, et leur promet une victoire sur cet ennemi de leur relation d’amour. (Cf. Genèse 3 :15) (Diable= en grec= διαβολοσ= celui qui divise) Mais la rupture du contrat confiance est bien actée ? (Cf. Esaïe 59 :2) Par la suite, cette alliance de Dieu avec les hommes n’a cessé d’être renouvelée. Notons les plus importantes : Avec Noé, Abraham, Moïse et David. Contrairement à la pensée courante, l’alliance fondée sur l’amour a traversé tous les siècles.

 

L’alliance Mosaïque, bien plus tardive, inscrit dans la loi cet amour. Elle est donc historiquement encadrée par la puissance de la grâce de Dieu. Pouvait-il en être autrement si nous avons été créés par Amour ?

 

La simplification qui consiste à dire, que l’ancien testament présente le régime de la loi, et le nouveau celui de la grâce est donc erroné. Vouloir opposer l’ancienne et la nouvelle alliance est donc faire preuve de méconnaissance.

 

Non seulement elles ne s’opposent pas, mais elles se complètent. On ne peut honnêtement vraiment comprendre le nouveau testament qu’à la lumière de l’ancien. Il suffit pour cela de faire simplement l’inventaire de toutes les prophéties messianiques, ou de noter toutes les citations de l’ancien testament (A.T.) utilisées par le Christ, pour s’en convaincre.

Disons le, haut, fort, et clair : La Grâce est première et dernière par rapport à la loi.

 

Quand je dis loi, il faut encore apporter une précision de taille. Il y a une nette distinction entre les 10 paroles ou décalogue, et le reste du corpus législatif donné à Moïse en un lieu précis et dans des conditions uniques. Comme nous allons le voir, le décalogue a une portée universelle et n’est pas propre à Israël.

 

 Il avait une place à part, bien définie.

- Les 2 tables de pierre écrites du doigt de Dieu étaient placées à l’intérieur de l’arche de l’alliance, alors que les autres rouleaux, rédigés par Moïse, étaient mis à coté du coffret en bois d’acacia recouvert d’or. (Voire Exode 32 :16,34 :28 ; 1 Rois 8 :9, Hébreux 9 :4).

- Le décalogue s’adresse à chaque humain, tandis que les autres lois sont spécifiques à Israël. (Cf. Jacques 1 : 25 ; Matthieu 19 : 16-19)

Pour marquer cette nette démarcation entre ce qui était appelé à être univerversel, et ce qui était spécifique à l’alliance avec le peuple d’Israël, voici un comparatif éloquent :

                                      

     La loi divine ou Décalogue    Les autres lois, dites cérémonielles    

 

- Est parfaite Psaume. 19 :8                 - Sont imparfaites Hébreux. 10 :1

- Est juste et bonne Romains. 7 :12-14  - Sont impuissantes Hébreux. 7 :18

- Est royale Jacques 2 :8               - Sont loi des ordonnances Ephésiens 2 :15            - Est loi de liberté Jacques 1 :25           - Sont appelées charnelles Hébreux 9 :10.         - Est infrangible Ezéchiel 20 :20        - Sont relatives au sanctuaire. Hébreux 9 :1

   - Est immuable Matthieu 5 :17,18          - Sont abolies à la croix  Col.2 :14,

                                                                     Hébreux 10 :9 ; Hébreux 9 :10,16-22                

En bref, il est indéniable qu’une loi a été donnée à Adam et Eve, représentants de toute l’humanité. Nous en avons la preuve à travers une tradition orale. Abraham en est le témoin, même si on ne connait pas le libellé précis. (Cf. Genèse 26 :5) De plus, sur un plan de pure justice, il serait dommageable que tous les humains n’aient pas été pas confrontés au même jugement, avec le même principe de loi. L’apôtre Jean dit bien que «  le péché est la transgression de la loi » 1 Jean 3 :4 et l’apôtre Paul confirme quand il avoue : « …Je n’ai connu le péché que par la loi… » Romains 7 :7,8. Or, la présence du péché est manifeste depuis Adam et Eve. (Cf. Romains 5 :12) Et Paul ajoute : « le péché n’est pas imputé quand il n’y a pas de loi » Romains 5 :13 C’est pour cela que Paul explique : « Tous ont péchés et sont privés de la gloire de Dieu… » Romains 3 :23 Mais il ajoute que nous sommes justifiés par la foi en Jésus-Christ. (Cf. v.24) La présence d'une loi, avant la création du peuple d'Israël avec Jacob, est un fait avéré.

 

Il est tout aussi indéniable que ces 10 paroles ont été rappelées et inscrites dans la pierre au Sinaï. Mais avec ce rappel, tout un corpus de lois régissant la vie du peuple élu, a aussi été donné à Moïse. (Cf. Deutéronome. 31 :24 et Romains 3:2) Cependant, l’épître aux Hébreux explique bien la supériorité de la nouvelle alliance. « Jésus…le garant d’une alliance plus excellente » Hébreux 7 :22 (relire tout le chapitre pour bien comprendre) 

 

Mais chacun est suffisamment intelligent, pour reconnaître les bienfaits ou pas de ce que Dieu a dit, à un peuple choisi, et conserver ce qui est bon à vivre. Je pense à certains principes de justice sociale, certains conseils alimentaires, ou certaines pratiques liées aux fêtes spirituelles, ou même à une simple reconnaissance de la bonté de Dieu (la dîme) etc. 

 

En fait, le plus important est de comprendre que l’alliance désirée par Dieu avec les humains n’a pas variée aux cours des siècles. Seules les modalités ont évolué. Nous dirions aujourd’hui qu’il y a eu actualisation, dans le temps. 

 

Un fait illustre pédagogiquement cette réalité. La marche du peuple d’Israël en direction de Canaan avait une particularité : l’arche de l’alliance ouvrait le passage. (Cf. Josué 3 :6) Elle était devant, comme pour indiquer la bonne direction. Dans cette arche, seules les 10 paroles écrites du doigt de Dieu étaient à l’intérieur. Les autres rouleaux de la loi, appelée de Moïse, étaient transportés autrement. Déjà dans la marche au désert, Dieu ouvrait la voie au peuple. « L’Eternel allait devant eux, le jour dans une colonne de nuée pour les guider dans leur chemin, et la nuit dans une colonne de feu pour les éclairer, afin qu’ils marchent jour et nuit. » Exode 14 :21

 

Les 10 paroles symbolisent bien le balisage du chemin que Dieu veut nous voir suivre

 

« L’arche vous montrera le chemin que vous devez suivre. » Josué 3 :4

Ce chemin bordé de ces 10 paroles fondatrices est pour tous peuples, anciens ou nouveaux.

Pouvait-il en être autrement puisque l’on sait que Dieu a créé le monde par amour, et qu’il n’y a en lui, comme le dira l’apôtre Jacques, aucune ombre de variation. Dieu qui a mandaté Jésus-Christ «  est le même  hier, aujourd’hui et éternellement. » Hébreux 13 :8

 

Non ! La pédagogie de Dieu ne peut être prise en défaut !

 

Il n’y a donc pas une opposition entre les alliances, seulement contexte et situations différentes. Mais l’objectif divin demeure infrangible. L’ensemble de la pédagogie divine se complète et s’enrichit. Il est donc judicieux de bien intégrer les valeurs prophétiques et pédagogiques des alliances, sinon on tombe dans le piège de l’incompréhension et des contre-sens…

Pour des raisons toutes humaines, les israélites ont refusé de reconnaître l’inspiration du Nouveau Testament, et les chrétiens dans une large majorité ont rangé l’Ancien au placard. Quelle méprise ! Les uns pensent que devenir chrétiens, serait pour eux, renoncer forcément à leur racine comme enfants légitimes d’Abraham, d’Isaac et de Jacob ; les autres pensent qu’accepter les enseignements de l’A.T. c’est judaïser, c’est revenir en arrière, c’est dénaturer la puissance de l’évangile de la grâce.

 

En affirmant que les alliances sont complémentaires, nous évitons une confrontation et nous favorisons une conciliation.

 

Nous pouvons affirmer à nos frères juifs, que leur crainte est dénuée de fondements. En acceptant l’inspiration du Nouveau Testament, et en recevant Iéshoua comme le véritable Messie, l’Israélite ne cesse à aucun moment d’être israélite, et ne perd pas le privilège d’être enfant des patriarches. Bien au contraire, il s’enrichit de tout ce qui a suscité l’espérance d’Israël.

Affirmons-le solennellement. Il n’y a pas un seul mot du nouveau testament qui soit contraire à l’ancien. Il n’est nulle part enseigné que la nouvelle alliance s’oppose à l’ancienne. Elles ont toutes deux une utilité dans le temps et dans l’histoire d’un peuple, puis des peuples. Sur un plan symbolique, il en est de même pour chacun de nous. Toute la psychanalyse moderne témoigne de l’importance de l’interdit posé dans une vie. Il relève du registre de la loi. Il est un marqueur incontournable dans la construction de sa propre personnalité. De même, on obéit d’abord à ses parents avant d’être à même d’assumer ses choix responsables. De même à l’école, ou en apprentissage. Mais la valeur cardinale de l'Amour demeurera toujours prioritaire.

D’ailleurs de leur vivant, ni Jésus, ni les apôtres, appartenant tous au peuple d’Israël, n’ont considéré comme caduque le décalogue.  Jésus l'a cité à plusieurs reprises. Il était la référence de l'expression de la volonté de Dieu pour l'homme. Par exemple Jésus rappellera: " Le sabbat a été fait pour l'homme" Marc 2:27 Il ne dis pas pas pour le juif!

 

Mais alors, pourquoi une Nouvelle Alliance ? Où est la nouveauté ? Où est l’évolution ? Eh ! bien, c’est là qu’intervient l’aspect pédagogique. 

Dans un texte de loi, qu’est-ce qui est le plus important ? La motivation qui a présidée à la rédaction du texte ? Ou le mot à mot, de ce texte ? En d’autres termes, qu’est-ce qui est le plus précieux : la lettre ou l’esprit du texte ?

 

L’observance de la lettre, dépouillée de l’esprit qui l’a fait naître, est un contre sens. Il entraîne une distorsion dans le vécu de la relation à Dieu et la pervertit.

 

C’est pour cela que le Christ a déclaré, dès le début de son ministère :

« N’allez pas croire que je sois venu abroger la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abroger, mais parfaire. » Matthieu 5 :17 Mais il faut que le coeur conduise l’obéissance. Voilà pourquoi Jésus a précisé : « Je prends plaisir à la miséricorde, et non aux sacrifices » Matthieu 9 :13

On a donc tort de regarder le christianisme comme une religion nouvelle. L’ancienne chrysalide a tout simplement donné naissance au papillon ! Mais c’est le même processus, la même réalité ! (L’apôtre Paul utilisera l’image de la greffe. Lire Romains 11 : 1-36)

La nouvelle alliance n’a été promise, ni donnée à aucune nation particulière, pas même au peuple d’Israël. Elle s’est adressée et s’adresse encore au monde en général. Plus particulièrement à ceux et celles qui se reconnaissent de la postérité spirituelle d’Abraham, le Père des ayant foi. (Cf. Genèse 22 :18 ; 26 :4 et 49 :10 ; Esaïe 49 :6).

Ces déclarations, et une multitude d’autres textes de l’ancien testament, assignent pour tâche au Messie une œuvre de salut en faveur de toute la terre. La glorieuse bonne nouvelle du Christ concerne toutes les nations.

 

Dès le début de son ministère, le Seigneur enseigna l’universalité de son Alliance de grâce. Et il s’adressa d’abord, à tous les laisser pour compte : les pauvres, les cœurs brisés, les captifs, les aveugles, les opprimés. Il publia une année de grâce ! (Cf. Luc 4 : 16-19).

Plus tard, il dira : « J’ai encore d’autres brebis qui ne sont pas de cette bergerie ; celles-là, il faut que je les amène ; elles entendront ma voix, et il y aura un SEUL TROUPEAU, UN SEUL BERGER» Jean 10 :16.

 

Ailleurs s’adressant aux Israélites Jésus prophétisa :

«  Or, je vous le déclare que plusieurs viendront de l’orient et de l’occident, et seront à table avec Abraham, Isaac et Jacob, dans le royaume des cieux ». Matthieu 8 :11

 

Après sa résurrection, au moment ultime de la séparation d’avec ses disciples, il donna cette mission fantastique : «  Allez, faites de TOUTES LES NATIONS des disciples… » 

Matthieu 28 :19. Or presque tous les disciples faisaient partie du peuple d’Israël…

 

D'un point de vue humain, la diversité des communautés chrétiennes, ne doit pas masquer le fait qu'au regard de Dieu, il n'y a qu'un seul peuple, une seule église, un seul troupeau et un seul berger. 

 

Lanouvelle Alliance plus excellente que l’ancienne, sera dorénavant, ni nationale, ni temporaire. Elle jettera les fondations d’un royaume qui concernera tous les peuples, toutes les nations, toutes les langues et tous les rois, comme le dit l’apocalypse (Cf. Apoc.10 :11).

 

Le signe de l’ancienne alliance, la circoncision, était réservé aux hommes. Désormais le signe de la nouvelle alliance, le baptême par immersion, concerne chaque être humain.

 

La circoncision charnelle est remplacée par celle du cœur. « Le juif, c’est celui qui l’est intérieurement ; et la circoncision, c’est celle du cœur, selon l’Esprit et non selon la lettre… » Romains 2 :29 et ailleurs : «  Il n’y a plus ni juif ni grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme ; car TOUS VOUS ETES UN EN JESUS-CHRIST » Galates 3 :28

 

Aujourd’hui la méprise n’a plus lieu d’être, car nous avons la connaissance de l’importance des 2 alliances : l’une complétant l’autre, l’une annonçant l’autre, l’une justifiant l’autre.

La première alliance est essentiellement liée, à un peuple particulier. Elle a eu un point de repère historique très fort : la sortie de la servitude en Egypte.

La deuxième alliance concerne l’humanité toute entière et remonte jusqu’à Adam. Elle a pour point de référence, l’acte d’amour, le plus fort qui soit : la mort et la résurrection de notre Sauveur et Seigneur Jésus-Christ. Il est venu nous libérer d’un esclavage plus subtil que celui d’Egypte : l’esclavage de nous-mêmes, avec toutes nos infidélités,

Désormais la relation heureuse, paisible, édifiante avec Dieu est possible, ici et maintenant, pour tous ceux qui le désirent par la foi. (Cf. Jean 1 :12-13)

        

Les deux alliances contiennent des promesses :

 

- Pour l’une, ce fut l’entrée dans un bon, un merveilleux pays où coulaient le lait et le miel. Il s’agit du pays de Canaan, aujourd’hui terre de Palestine.

 

- Pour l’autre cela concerne l’entrée dans le royaume des cieux (appelée aussi Canaan céleste, pour bien comprendre la dimension prophétique). Ce royaume sera éternel. Il sort du temps. Il se caractérise par l’absence totale de deuil, de souffrance. Le mal sera éradiqué pour toujours. (Cf. Apocalypse 21 :3-5). Le sujet est vaste et inépuisable…

 

Conclusion :

 

Les deux grandes alliances de Dieu avec l’humain, qui séparent artificiellement la Bible en deux parties, révèlent la même intention. Voilà pourquoi nous avons un seul et même livre.C’est la même histoire de Dieu avec les hommes, celle d’un Père avec ses enfants.Assurément,l’éducation d’un enfant n’est pas la même à 3 ans, puis à 17 ans…

Dieu a adapté une pédagogie propre à ses choix, aux circonstances historiques, au contexte géopolitique des époques. Sa prescience a mis en place un dispositif parfait.

En plus, le fond de cette histoire révèle la plus merveilleuse épopée d’amour.

 

 Dieu n’a jamais cessé de reformuler avec amour son projet parental pour rassembler la famille humaine.

 

Après avoir parlé au plus vulnérable peuple de l’époque, sans défense, sans territoire, sans statut, non respecté par ses voisins, Dieu s’adresse maintenant à des individus pour reformer un peuple parmi tous les peuples.

« C’est Dieu qui nous a rendus capables d’être ministres d’une alliance nouvelle, non pas de la lettre, mais de l’Esprit ; car la lettre tue, mais l’Esprit fait vivre. »

2 Corinthiens 3 : 6

Ce grand dessein trouvera bientôt son aboutissement, quand Dieu, par Jésus-Christ rassemblera tous ceux et celles qui auront cru à ses alliances, en ses paroles, et auront le désir fort, d’avoir non une identité nationale, mais une céleste. (Voire Jean 18 :36)

Dieu répondra a ceux qui comprenant l’inanité des efforts humains pour bien vivre, se tourneront résolument vers Lui avec gratitude. Gageons que nous soyons de ce nombre. Que Dieu soit loué pour sa grande bonté !

 

 

                                    Jacques Eychenne

Actualité

 Liste des 5 dernières réflexions spirituelles dans Paroles en chemin:

 

- Les thèmes fondamentaux du Christianisme

- Homme et femme de foi

-Le grand projet de Dieu

-Spiritualité

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jacques Eychenne